Améliorons notre français

Améliorons notre français

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/glissant/fr-fr/

 

glissant

Participe présent du verbe  glisser (v. trans.)     

  1. mettre, introduire, communiquer une lettre, un mot.

Exemple En glissant une envelope sous la porte d’entrée, la personne laissa un message au propriétaire des lieux

2.échapper, filer.

Exemple: La police voulait attraper quelqu’un mais lui, en se glissant dans la foule, s’échappa.

 

  1. passer sur, négliger

 

Le suspect raconta sa version des faits au policier en glissant sur certains détails.

 

  • glissant(adj.)
  • favorisant la glissade.
  • Exemple C’est glissant, dans le sens que lorsqu’on marche il faut être prudent car la surface où on se déplace offre peu de résistance et favorise un déplacement continu involontaire avec des risques de perte d’équilibre ou de chute. On risque de déraper, de faire une glissade.

 

définition – glissant

 

glisser (v. intr.)

1.effectuer un déplacement continu sur un support ou une surface offrant le minimum de résistance.

Exemole On fait du ski alpin en glissant sur une pente enneigée.

.

Conjugaison du verbe glisser

Indicatif présent

Je glisse

Tu glisses

Il, elle, on glisse

Nous glissons

Vous glissez

Ils, elles, les personnes glissent

Écrivez

J’ai reçu des messages

au lieu de

J’ai reçus des messages.

On peut écrire :

Les messages que j’ai reçus

Le participe passé s’accorde avec le complément d’objet direct du verbe si celui-ci est placé avant le verbe.

,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

 

 

 

Écrivez

les trois turbines fonctionnent

Au lieu de

les trois turbines fonctions

verbe fonctionner

présent de l’indicatif

Je fonctionne

Tu fonctionnes

Il fonctionne

Nous fonctionnons

Vous fonctionnez

Ils fonctionnent

Les trois turbines fonctionnent

FABRICANT – CONSTRUCTEUR

le mot « fabriquer » se dit plutôt de la réalisation d’objets, petits, précieux ou autres. Ainsi, on fabrique des meubles, des vêtements, des chaussures, des raquettes, des montures de lunettes, du pain, des pâtisseries, de la confiture, du fromage, du beurre, etc.

Par ailleurs, on construit des automobiles, des navires, des avions, des centrales, des moteurs, des turbines, des éoliennes et des bâtiments. C’est ce qui explique que l’on parle de la construction aéronautique, de la construction électrique, de la construction mécanique, de la construction (bâtiment et travaux publics) et, dans chaque cas, de constructeurs.

Conclusion : il est préférable d’utiliser les expressions “constructeur automobile″,constructeur d’automobiles”  ou “construction automobile″.

 

 

Le linguiste Camil Chouinard fait la distinction entre les quatre termes suivants :

CONSTRUCTEUR, MANUFACTURIER, MANUFACTURE, USINE

En parlant d’automobiles, d’avions, de navires, il faut employer le mot CONSTRUCTEUR. On dit, par exemple, les trois principaux CONSTRUCTEURS américains de voitures. Les autos sont construites dans des USINES, et non pas dans des manufactures. Une USINE est un établissement de la grande industrie, où la machine joue un rôle très important. Une MANUFACTURE (manus, en latin, signifie main) est un établissement industriel où le travail est fait principalement à la main. Un MANUFACTURIER de vêtements ou de chaussures1.

 

 

→ Un contrat de trois ans avec le constructeur automobile…

 

  1. Camil Chouinard, 1500 pièges du français parlé et écrit, Montréal, Les Éditions La Presse, 2007, p. 88.
  2. Améliorons notre français

     

    Verbe « continuer »

     

    Futur simple

    Je continuerai
    tu continueras
    il continuera
    nous continuerons
    vous continuerez
    ils continueront

    Conjugaison expression verbale  attendre quelqu’un

    Présent

    J’attends quelqu’un

    Tu attends

    Il attend

    Elle attend

    Expression respecter autrui

    Présent

    Je respecte autrui

    Tu respectes

    Il respecte

    Elle respecte

    Dites

    « De quel Daniel tu parles? »

    Au lieu de

    « De quel Daniel dont tu parles »

  3. Page 9 numéro d’octobre 2018« Si l’hypertension est laissée non traitée ou si vous ignorez que vous l’avez alors vos chances d’avoir une crise cardiaque sont grandement augmentées. » Le linguiste Jacques Laurin fait la distinction entre les deux termes.CHANCE – RISQUE Le mot chance s’applique à une éventualité heureuse ou  malheureuse; il a le sens de hasard, lequel peut être bon ou mauvais. Il est cependant préférable de l’employer dans le sens heureux. Le risque, lui, ne s’emploie que pour désigner un danger, une possibilité malheureuse.► La chance a tourné, j’ai tout perdu.

    J’ai eu de la chance; ma voiture est démolie, mais je m’en suis tiré indemne.

    Je cours la chance (et non je cours le risque) de remporter le gros lot.

    Cette aventure est pleine de risques.

    Prendre une chance est un anglicisme. On remplacera cette expression par courir la chance1.

    C’est aussi ce que nous dit l’auteur Paul Roux.

    chance

    On confond parfois chance et risque. Un fumeur, par exemple, court plus de risques (et non de chances) de mourir d’un cancer du poumon qu’un non-fumeur. À l’inverse, on court davantage la chance (et non le risque) d’avoir du beau temps en voyageant l’été.

    Par ailleurs, prendre des chances est un calque de to take chances. En français, on dira plutôt courir ou prendre des risques2.

    La lexicographe Marie-Éva de Villers donne les exemples suivants :

    « […] – Courir un risque, prendre un risque, des risques. S’exposer à un danger. Vous courez, vous prenez un risque (et non une chance) en partant seul en pleine nuit. Tentez de courir le moins de risques possible3. »

    → que vous l’avez, alors vos risques d’avoir une crise cardiaque sont grandement   augmentés.

    1. Jacques Laurin, Le bon mot. Déjouer les pièges du français, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2001, p. 53.
    2. Paul Roux, Lexique des difficultés du français dans les médias, 3e éd., Montréal, Les Éditions La Presse, 2004, p. 61.
    3. Marie-Éva de Villers, Multidictionnaire de la langue française, 6e éd., Montréal, Québec Amérique, 2015, p. 1559.

    Collaboration spéciale Raymond Gagnier

 

 

 



This post has been seen 964 times.
Categories:
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial