Exposition Akoustik : mieux comprendre l’importance de la musique dans les communautés noires.

Une exposition permettant de comprendre la relation des personnes des communautés noires avec la musique.

Montréal, le 8 juin 2024

Par Mélissa Jean-Baptiste

C’est le 31 mai 2024 que le Centre culturo-canadien afro de Montréal (CCAM) célébrait son troisième anniversaire. Il est le plus grand centre axé sur l’art et la culture des communautés afro-descendantes dans l’histoire du Canada et l’un des plus grands en son genre dans le monde occidental également. À la suite de nombreuses conversations concernant les besoins dans ces collectivités, il a été fondé le 31 mai 2021 pour offrir un espace aux communautés noires afin qu’elles puissent s’exprimer authentiquement et créer un lieu de convergence, un foyer de culture. Il s’agit d’une première, car rien de tel, une telle initiative n’avait jamais été entreprise à Montréal. La mission de ce centre est de préserver et faire briller le patrimoine artistique et culturel des collectivités afro-descendantes en mettant l’accent sur l’échange interculturel et le changement. Son ouverture leur permet également de changer la perception d’autrui, de contrôler le narratif des histoires véhiculées à leur sujet et de mettre en lumière unlieu ainsi qu’une programmation s’inspirant du vécu de ces communautés.

À l’occasion de la Journée internationale de la musique, qui est le 21 juin, le CCAM organisera le 20 juin une exposition intitulée : Akoustik ayant lieu à la Galerie BOA du 14-21 juin. Pour en apprendre plus sur le sujet, nous nous sommes entretenus avec le fondateur du centre Alexandre Allen.

« Nous avons aussi un rôle à jouer dans la façon dont nos histoires sont relatées », nomme le fondateur.

Quand musique rime avec Akoustik

M. Allen Alexandre mentionne que le mot Akoustik a été choisi comme titre pour l’exposition, car il englobe tout ce qui concerne le son. Il explique que la musique se trouve au cœur des récits des collectivités noires. Elle a été utilisée durant leur périple lors de traite négrière et également été un moyen d’expression pour exprimer la douleur.

Les sons d’hier à aujourd’hui

Leurs attentes ? Découvrir, comprendre et plonger dans les sons qui ont marqué l’histoire des communautés noires, éduquer le plus de personnes que possible et les aider à cultiver une ouverture d’esprit à la diversité culturelle. M. Alexandre nomme qu’un total de 700 personnes est attendu pour la semaine.

Sur cette photo, le fondateur et directeur général du CCAM, Allen Alexandre

Crédit Photo : Alain Stock

Laisser un héritage aux générations futures

Grâce à la reconnaissance de la décennie internationale des personnes de descendance africaine des Nations Unies s’étalant de 2015-2024, le Centre culturo-canadien afro de Montréal a été en mesure de créer des initiatives répondant à la mission de l’organisme. Cette décennie cherche à résoudre les problèmes impactant les personnes d’ascendance africaine dans les domaines de la reconnaissance, de la justice et du développement. « Créer des initiatives c’est également laisser un héritage aux générations futures », a indiqué le directeur général.

Unique en son genre

Comparativement aux autres organismes, en organisant cet évènement, le CCAM souhaite faire un retour aux sources en insistant sur l’origine de la culture plutôt que sur les enjeux et les réalités connues par ces collectivités ce qui le distingue et le rend unique en son genre.

« Un retour aux sources signifie avoir l’heure juste. C’est en apprendre sur notre identité, connaître notre passé et bien narrer notre histoire », nomme M. Allen Alexandre.



This post has been seen 10 times.
Categories:
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial