Home / payant / Communautaire / Une différence teintée de gris

Une différence teintée de gris

 

 

 

 

 

Ève Desgroseilliers et Rachel Shan                                                                13 octobre 2020

Une différence teintée de gris

Nombreuses sont les victimes des préjugés que la société entretient. On peine d’ailleurs trop souvent à épauler et guider ceux et celles qui doivent traverser de grands obstacles. Chaque année, on crée et offre divers services et ressources afin d’aider les gens dans le besoin. Du nombre, on compte des associations qui se vouent à la cause des femmes en difficulté dont : la Maison grise que nous vous présentons.

la maison grise

la maison grise

Logo de l’organisme, la Maison grise

 

Qu’est-ce que la Maison Grise ?

Depuis près de trente ans, La Maison grise située dans Rosemont se dévoue à aider les femmes dans le besoin en offrant des services externes et d’hébergement hors pair. Fondé par la Province Ville-Marie des Sœurs grises (Dolores Coulombe) et par la suite confié à des laïques, cet organisme n’a jamais perdu de vue son objectif premier : aider les femmes dans le besoin coûte que coûte. Peu importe leurs origines ou cultures, il suffit qu’elles soient âgées d’au moins 25 ans et qu’elles soient motivées à trouver des solutions à leurs problématiques pour qu’elles soient accueillies à bras ouverts. Voici quelques exemples de problématiques rencontrées par les bénéficiaires: relation toxique, mère monoparentale, difficulté à obtenir un logement, isolement, problèmes de santé mentale, etc.

Chaque semaine, divers ateliers sont offerts afin d’aider les locataires de la Maison grise et le grand public. Entre autres, des comités qui traitent de sujets tels que ; la confiance en soi, l’autodéfense et l’affirmation.

Il est bien normal que le taux de succès de l’organisme augmente année après année et que de nombreuses femmes reprennent le taureau par les cornes.

La Maison Grise se différencie des autres centres d’hébergement par la durée maximum des séjours qu’elle offre. Ses résidentes peuvent y habiter jusqu’à deux ans, contrairement aux autres ressources qui n’offrent les services que pour trois mois. Autre distinction : durant leur séjour, les résidentes peuvent être accompagnées d’un enfant de deux ans et moins, une rareté pour ce genre de programme d’aide. L’autonomie y est prônée ; les femmes s’occupent de leur épicerie, de leur logement, de leur travail… Cette maison est la tape dans le dos qui les pousse à ne pas baisser les bras. De plus, les services externes qui y sont offerts proposent des solutions à des problèmes sur lesquelles nous mettons habituellement moins d’emphase. Par exemple, le trouble d’accumulation compulsive (thésaurisation) qui touche de à 2 à 5 % de la population.

En cette étrange période de pandémie il est certain que plusieurs mesures ont dû être prises afin d’aider les résidentes sans trop les perturber. Cette période, est difficile à traverser psychologiquement et moralement de par le climat d’anxiété qu’elle génère, et l’isolation qui s’impose. Cela a forcé le personnel du centre à s’adapter. Les ateliers ont été remplacés par des contacts en vidéoconférence et des appels téléphoniques. On peut dire que c’est grâce à la capacité de résilience et à la détermination du personnel combinées à l’implication des résidentes que ces temps difficiles demeures vivables !

Une évolution constante

La directrice des services externes, Mme Anne-Julie Roy est arrivée en tant que stagiaire il y a 19 ans et n’est jamais repartie! Passionnée, ambitieuse et ouverte à une expérience enrichissante, elle a voulu faire une différence dans la vie des femmes en difficulté.

La Maison grise est en constante évolution. En plus de toujours optimiser la capacités d’accueil, le centre entame des démarches afin de fonder une MG2 (une deuxième étape pour la Maison grise), qui compterait près de 21 unités de logement. Tel que le souligne Mme Roy « Pour certaines femmes en difficulté, avoir un filet de sécurité pour un autre 5 ans [au MG2] peut être très bénéfique ! Juste le fait de savoir qu’elles ont encore un toit sur la tête et qu’elles sont avec leurs enfants dans un milieu sécuritaire où elles peuvent avoir du support si elles en ont besoin. Ça peut juste être assez pour maintenir les acquis qu’elles ont développés durant les deux années qu’a duré leur séjour à la MG1 ». Non seulement l’organisme considère la construction d’un 2e centre, mais ses dirigeantes cherchent déjà à fonder une MG3 qui permettrait de soutenir davantage femmes dans le besoin.

« Trop d’histoires passent sous silence » était le slogan utilisé par l’organisme lors de sa campagne de sensibilisation.  Objectif : mettre en lumière les diverses problématiques que les femmes peuvent renconter. Cela dit, ce beau projet requiert l’aide du public. « Notre gros besoin en ce moment, c’est d’avoir des donateurs, avoir une belle visibilité, avoir des bénévoles à la Maison Grise » confie Madame Roy lors de l’entrevue. Alors, qu’est-ce que VOUS pouvez faire pour aider la Maison grise ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Médiagraphie

 

 

Sites internet

 

1 – ARRONDISSEMENT, La Maison grise de Montréal, [en ligne], https://www.arrondissement.com/montreal/maisongrisedemontreal (page consultée le 12 octobre 2020)

 

2- CANADON, LA MAISON GRISE DE MONTRÉAL, [en ligne], https://www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/la-maison-grise-de-montreal/?gclid=CjwKCAjw_Y_8BRBiEiwA5MCBJtBMjCypzOZ1C_uoExIADNVedrlDts9wmjwReAy-QqC0eptYKpHyTxoCYggQAvD_BwE&gclsrc=aw.ds  (page consultée le 12 octobre 2020)

 

3 – ESANTÉMENTALE, Trouble de thésaurisation (alias thésaurisarion pathologique), [en ligne], https://www.esantementale.ca/Ottawa-Carleton/Syllogomanie/index.php?m=article&ID=13330#:~:text=La%20th%C3%A9saurisation%20concerne%202%20%C3%A0,personnes%20%C3%A2g%C3%A9es%20de%2050%20ans (page consultée le 12 octobre 2020)

 

4 – FACEBOOK, La Maison grise de Montréal, [en ligne], https://www.facebook.com/La-Maison-grise-de-Montr%C3%A9al-200296303906172 (page consultée le 12 octobre 2020)

 

5- F.D.RATION DES MAISONS D’ÉBERGEMENT POUR FEMMES, Portrait de la violence conjugale au Canada et au Québec, [en ligne], http://fede.qc.ca/portrait-violence-conjugale-canada-quebec#:~:text=Parmi%20les%20femmes%20victimes%2C%2025,4%2C%208%20et%203%25 (page consultée le 12 octobre 2020)

 

6- LA MAISON GRISE DE MONTRÉAL, La Maison gris de montréal, [en ligne], https://cofaq.qc.ca/images/stories/media/Prsentation_rsum_de_La_Maison_grise_de_Montral.pdf (page consultée le 12 octobre 2020)

 

7 – LA MAISON GRISE DE MONTRÉAL, La Maison gris de montréal, [en ligne], http://lamaisongrise.org/ (page consultée le 12 octobre 2020)

 

8- STATISTIQUE CANADA, Les femmes et la santé, [en ligne], https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-503-x/2010001/article/11543-fra.htm (page consultée le 12 octobre 2020)

 

Vidéos

 

9 -YOUTUBE, Maison Grise – Santé mentale, [en ligne], https://youtu.be/Bh4Mtx5ICwA (page consultée le 12 octobre 2020)

 

10 -YOUTUBE, Maison Grise – Violence conjugale, [en ligne], https://youtu.be/-G6_cj0zbYs (page consultée le 12 octobre 2020)

 

11 -YOUTUBE, Maison Grise – Accumulation, [en ligne], https://youtu.be/3j-fD49WXO0 (page consultée le 12 octobre 2020)

 

Image

 

12 – LA MAISON GRISE, La Maison grise, [en ligne],  http://lamaisongrise.org/images/flash.jpg (page consultée le 12 octobre 2020)

 

Audio

 

13 – SHAN, Rachel et Ève DESGROSEILLIERS, Entrevue, https://drive.google.com/file/d/1iqqPtQZbzhe_o6HTUnROieb34x1lQB4J/view?usp=sharing

(Entrevue le 9 octobre 2020)



This post has been seen 351 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial