Home / Actualités / racisme médical

racisme médical

Mélissa Jean-Baptiste
Clinique Juridique Saint-Michel
Galerie de photos et témoignages – Racisme médical

Montréal, le 31 mai 2023

S’outiller contre le racisme médical

Ébranlé par le décès de Joyce Echaquan, en date du 28 septembre 2020, l’organisme à but non
lucratif (OBNL), la clinique juridique de Saint-Michel (CSJM), fondé en 2019 par l’avocat
criminaliste, Me Fernando Belton, s’est donné le beau défi, le 19 mai 2023, de lancer sa première
galerie de témoignages et de photos sur le racisme médical. Et ce, dans le but d’éduquer et de
sensibiliser la population à cette réalité bien présente, mais souvent méconnue et vécue par
beaucoup de personnes racisées et les personnes autochtones. La comédienne et autrice Schelby
Jean-Baptiste animait la soirée et contre toute attente, elle comptait 175 inscriptions.

Fernando Belton (Photo : Mélissa Jean-Baptiste, Journal communautaire Le Monde)

L’étudiante en droit Wafaa Ghlamalah coordonnait le projet et a réalisé l’ampleur de la situation.
Selon elle, l’évènement n’était que le bout de l’iceberg pour ouvrir cette discussion. « C’est très
subtil et ça ressemble plus à du medical gaslighting », souligne Mme Ghlamalah.

« Après avoir été vu par cinq médecins, j’ai fait confiance au système et j’ai accepté et subi une
opération sans anesthésie et sans préparation. Je n’ai pas bien été traitée. » Ses conseils ? Soyez
accompagné.e et demandez un deuxième avis médical.


Wafaa Ghlamalah (Photo : Mélissa Jean-Baptiste, Journal communautaire Le Monde)
Le médecin et psychiatre en résidence Dr Wolf Thyma et la spécialiste en relations humaines,
Candice Fuego, tous deux victimes de racisme médical, nous ont livré un témoignage touchant
qui a été le clou du spectacle.
Cette expérience a coûté la vie de son père en janvier 2019. Il regrette de ne pas avoir porté
plainte. L’hospitalisation de son père découle d’une fièvre présente depuis plus de quatre jours et
d’une altération de conscience. Alors que sa santé semblait s’être améliorée et qu’un congé
hospitalier était envisagé, sa mère doit accourir à l’hôpital et sous ses yeux effrayés, s’effectuait
une tentative de réanimation. « Après bientôt 4 ans, cela reste toujours difficile, mais pratiquant
depuis quelques années, je devais en parler, car même les médecins, ne sont pas à l’abri du
racisme médical », a-t-il indiqué.
Tandis que Candice s’est présentée à l’hôpital pour des douleurs chroniques au cou du côté
gauche, une hypotrophie mammaire lui est plutôt pronostiquée et une opération est
recommandée. N’ayant aucune douleur à la poitrine, elle réfute ce diagnostic.

De gauche à droite, Dr Wolfe Thyma, Schelby Jean-Baptiste et Candice Fuego (Photo : Mélissa Jean-Baptiste,
Journal communautaire Le Monde)
Faire une différence
Le projet a trois volets : la sensibilisation, l’éducation et l’assistance juridique. Un premier
ouvrage sur le sujet sera publié en hiver 2024. Une assistance juridique et psychologique sera
offerte à ces victimes dès l’automne 2024.
Plus grand que soi
Leur plus grand souhait est de créer un safespace entre les minorités ethniques et les
professionnels de la santé pour ainsi reconstruire cette confiance brisée et contrer le racisme



This post has been seen 11 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial