Home / culture / Assassinat de George Floyd – Moiku
Serge Moise1

Assassinat de George Floyd – Moiku

 

 

 

 

« moïku »

Et pour avoir commis tellement de bêtises

Les suprémacistes ont engendré cette crise

Qui les forcera certes à refaire leurs valises

En se débarrassant de leurs tristes hantises

                                                         SHM av.

On nous enseigne que Jésus a été crucifié

Nous savons que Dessalines fut assassiné

Et notre monde est de plus en plus horrifié

Avec George Floyd qui vient d’être sacrifié

                                                     SHM av.

« moïku »

Il a pourtant balbutié: Je ne peux plus respirer

Ce qui a laissé indifférent cet infâme meurtrier

Qui constitue une honte pour tous les policiers

Et certainement pour notre monde tout entier!!

                                                              SHM av.

« moïku »

Puisque le capitalisme est à son déclin

Que le néocolonialisme touche à sa fin

Tous ces millions d’enfants qui ont faim

Pourront avoir un splendide lendemain

SHM av.

« moïku »

Lorsqu’on te confie un certain rôle

Afin de ne pas avoir l’air trop drôle

Et d’éviter de séjourner à une geôle

Sois sûr que tout sera sous contrôle

SHM av.

« moïku »

Aujourd’hui est le premier des trois jours gras

Que nous fêtions jadis avec beaucoup de joie

Faut-il croire que nous avions baissé les bras

Puisque nous allons danser baignés de fatras

« moïku »

Nous sommes en partie responsables de nos misères

En refusant de vivre comme des sœurs et des frères

Car lorsque nos ancêtres nous ont légué cette terre

Ils rêvaient que nous en ferions un pays prospère

moïku »

Il y a de ces animaux à quatre pattes

Qui poursuivent leur destin sans hâte

Il y en a qui évoluent sur deux pattes

Et qui seront de véritables acrobates

                                           SHM av.

On a tous entendu parler du « haïku » qui est un poème très concis de trois vers libres dont le premier et le troisième comptent cinq pieds, le deuxième sept pieds. Le haïku a été inventé au dix-neuvième siècle par un poète japonais et est pratiqué avec succès un peu partout dans le monde.

Le « gogyohka » d’un poète japonais également s’inscrit dans la gamme de la poésie brève ou micro-poésie et se compose de cinq vers libres.

Le « moïku » pour sa part, d’origine haïtienne : réflexion, aphorisme, maxime, satire ou apophtegme sous forme de quatrain monorime se veut l’heureux mariage des sciences humaines et de la poésie. Il s’agit, lui aussi, d’un poème concis qui se compose de quatre vers libres dont les rimes sont identiques.

L’objectif du moïku est de porter le lecteur à méditer afin de tirer ses propres conclusions sur la forme et le fond. La meilleure éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-mêmes, selon Noam Khomsky.

Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel disait Paul Éluard.

Heureuse trouvaille de votre humble serviteur qui compte déjà plusieurs adeptes auprès des amis-lecteurs sur la toile et qui a déjà fait l’objet de deux publications : Moïku et Moïku tome II.

Quatre éléments concourent à la composition d’un joli moïku :

Le fond, c’est à dire, le sujet abordé.

La forme, une phraséologie claire et simple et les quatre rimes qui sont identiques. Le simple est beau nous enseignent les sages!

La configuration du texte qui peut représenter un carré, un rectangle, un trapèze ou encore un triangle debout ou inversé. Un joli moïku sera donc agréable à l’œil, au cœur et à l’esprit.

Profondeur, harmonie et concision caractérisent un moïku qui peut se définir comme étant une parole mémorable sous la forme d’une capsule poético-philosophique.

 

Ce quatrain aux rimes identiques

Qui se veut une envolée poétique

Parle de l’amour et de la politique

Et d’autres thèmes philosophiques

 

Et si à la fin de chaque vers, en plus de la même consonance, c’est le même vocable qui fait la rime, alors c’est du moïku à son meilleur.

 

Il y en a qui ne rêvent pas

Et qui ne savent même pas

Que l’humanité à petits pas

Progresse et ne reculera pas

 

Sélectionné comme poème du mois de décembre deux mille dix-sept par le parlement canadien, si la tendance se maintient au point de faire boule de neige, le moïku, typiquement haïtien, aura autant que faire se peut, contribué à enrichir la poésie moderne.

———–

SHM av.

« moïku »

 

Or le jour « J » avance et à toute vitesse

Notre population tiendra ses promesses

Pour réclamer avec fermeté et sagesse

La reconstruction du pays en détresse

                                            SHM av.

 

Serge Moise1

Serge Moise1

 



This post has been seen 559 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial