Home / Actualités / Profilage racial Saint-Michel
Confiant en l'avenir, les partenaires du poste 30 posent avec le commandant.

Profilage racial Saint-Michel

Par Paul-Alexis François

Confiant en l'avenir, les partenaires du poste 30 posent avec le commandant.

Confiant en l’avenir, des partenaires du poste 30 posent avec le commandant Lauzon.

Un groupe de recherche demande la mise sur pied d’un  office de surveillance indépendant de la police  et l’annulation du programme de lutte contre les gangs de rue, qui, selon eux,  cible de manière disproportionnée les jeunes issus de minorités raciales. Lors d’une réunion au poste 30 à laquelle j’ai assisté,le commandant du poste de quartier 30 de Saint-Michel au SPVM, Marc Lauzon, se dit surpris. Il affirme que depuis son arrivée en 2015, il a créé un comité local de profilage racial et social, qui est composé de plusieurs organismes communautaires dont « Forum jeunesse Saint-Michel » qui représente plusieurs jeunes du quartier Saint-Michel, un  organisme qui travaille en partenariat avec les organismes du quartier Saint-Michel, un organisme présent sur la table de réunion chargé de faire le lien entre le poste 30 et les citoyens de Saint-Michel qui n’a jamais mentionné l’existence de tels problèmes.

Les intéressés disent que les résultats de la recherche sont biaisés. Il s’agit de oui dire, de jeunes qui connaissent un jeune qui connaissent une jeune victime de profilage racial.

Il n’y a pas que dans la police qu’il y a des cas de profilage racial, a-t-on dit autour de la table.  On s’inquiète de ce que la recherche ait ciblé le poste 30 qui pourtant a une bonne réputation.

 

Questionné sur les propos racistes, le commandant Lauzon a répondu : « Si ce sont des choses qui ont été faites, c’est inacceptable que des policiers parlent comme ça à des citoyens, ce n’est pas la manière dont on travaille dans le quartier. J’invite ces personnes-là à porter plainte. »

Il ajoute qu’un atelier a été offert l’an dernier pour informer les gens du quartier des procédures à suivre pour porter plainte en déontologie et les rassurer sur l’indépendance du processus. « On nous avait dit que les jeunes ont peur, qu’ils ne savent pas comment porter plainte, alors on avait été proactifs en faisant une séance d’information. »

Les chercheurs recommandent notamment la création d’un office de surveillance indépendant de la police pour Saint-Michel et le retrait du programme de lutte contre les gangs de rue, qui canalise l’attention et les ressources policières vers la surveillance et l’interception de la population de jeunes racisés de saint-Michel. page 3 mars 2019 ppage 2 rencontre_poste30008Le commandant Lauzon affirme que la priorité est désormais axée sur les crimes de violence plutôt que sur les gangs de rue qui n’existent quasiment plus à Saint-Michel.

 



This post has been seen 703 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial