Par Stanley Jossirain

 

Je suis Stanley Jossirain, organisateur de la marche du 22 septembre 2018 contre le profilage racial à partir de l’hôtel de ville de Repentigny.  Je remercie les gens qui sont venus de partout pour me supporter dans cette marche contre le profilage racial et le harcèlement envers les jeunes des minorités visibles par les policiers de Repentigny. Je remercie, en particulier, l’association de Repentigny pour venir supporter cette manifestions et en faire partie.  Un merci spécial  au responsable de l’organisme.

page 6 oct 2018 m DSCN1938

Merci aux politiciens qui sont venus nous honorer de leur présence et qui ont pris la parole. Merci à tous les fonctionnaires et dignitaires qui étaient présents. Merci au journal communautaire Le Monde qui a fait le déplacement pour venir faire un reportage sur l’événement.

Page 1 oct 2018 Non au profilage DSCN1952

Merci à tous ceux et à toutes celles, qui malgré vos multiples obligations, ont pris le temps d’être avec nous lors de cette marche pacifique.

page 6 oct 2018 DSCN1905 page 6 oct 2018 m DSCN1927

Aux policiers racistes de Repentigny

 

Je m’adresse à vous les policiers de Repentigny. Je sais que la plupart d’entre vous, vous avez des enfants, peut-être même des enfants de mon âge.  Ces jeunes-là seront appelés à vivre avec nous et nous allons être ensemble la relève de demain à Repentigny au Québec, au canada.

 

Les jeunes adolescents et jeunes adultes d’aujourd’hui, peu importe leur origine ethnique, la couleur de leur peau, nous sommes importants pour  la société, la communauté de Repentigny, la société québécoise et canadienne en général.  La preuve est que beaucoup de taxes sont payés chaque année par nos parents en impôt sur le revenu et en taxes de différentes sortes pour assurer que nous ayons l’un des meilleurs systèmes de santé , d’éducation et de loisirs au monde pour assurer le développement des jeunes à tous les niveaux.

 

Nos parents ont choisi le Canada pour vivre parce que c’est un pays qui donne la première place aux famille et permet à chacun de vivre en harmonie avec ses voisins et de contribuer selon ses talents à la construction du pays, dans sa province, dans sa ville, dans sa famille.

 

Je demande aux policiers racistes une fois encore quand vous faites votre travail de le faire  en tant que professionnel, dans le respect de l’intégrité des citoyens.

 

Le harcèlement, la brutalité, la maltraitance, les insultes verbales, les humiliations peuvent provoquer des réactions qui entraînent des pertes de temps et d’argent pour la communauté. Pendant que vous mettez du temps à ces comportements dérogatoires envers des jeunes non violents, non criminalisés, non armés comme moi, juste à cause de notre couleur de peau ou origine ethnique, vous diminuez la qualité de service dans d’autres secteurs comme les entorses à la sécurité routière par des personnes qui roulent trop vite ou conduisent avec des facultés affaiblies, par exemple.

 

Nous savons que votre travail est difficile.  Nous savons aussi que c’est dur de devoir faire souvent affaire avec des criminels endurcis et parfois des délinquants armés jeunes et moins jeunes. Nous sommes solidaires avec vous quand vous arrêtez des personnes qui enfreignent les lois et les règlements de la ville.  Nous vous en sommes reconnaissants C’est votre job an tant qu’un policier de nous protéger, de nous sécuriser, nous informer, Quand vous agissez ainsi vous êtes pour nous, les jeunes, des exemples, des modèles à suivre, des frères, des sœurs.  Vous avez, en agissant ainsi, droit à notre confiance.

 

Quand vous nous harcelez, en nous arrêtant inutilement, à répétition, vous nous faites sentir que nous sommes des étrangers, des ennemis.

 

Les effets négatifs du profilage racial et du harcèlement

 

À cause du profilage racial et de la discrimination systémique ma mère et  mes frères et sœurs ont déménagé en Ontario pour sauver la vie d’un de mes frères qui a fait plusieurs tentatives de suicides à cause de ces cancers que sont le profilage racial et le harcèlement des policiers et la discrimination raciale à l’école.  Maintenant, vous me faites goûter à cette médecine. C’est dur pour moi mais ce l’est autant pour ma mère et mes frères et sœurs qui l’ont déjà vécu. Ma mère est cheffe de famille monoparentale avec des adolescents et moi un très jeune adulte.

 

Je suis resté, à Repentigny pour continuer mes études et travailler afin de gagner ma vie honorablement. Ce que je souhaite, c’est que tous les membres de ma famille reviennent au Québec pour vivre comme nous étions auparavant, sans histoire de profilage racial, de harcèlement et de discrimination envers qui que ce soit. Nous voulons être traités comme tous les autres citoyens québécois et canadiens de Repentigny.  J’aimerais que cesse cette chaîne de violence. J’aimerais dès maintenant profiter d’un climat de paix et d’harmonie entre tous les membres de notre société y compris les policiers de Repentigny et nous.

 

J’espère qu’en dénonçant publiquement les comportements abusifs de certains policiers de Repentigny, ils vont arrêter de me tourmenter et par ricochet de tourmenter ma famille. Je veux continuer à étudier et à travailler pour être un citoyen productif pour ma ville de Repentigny, ma province de Québec, mon pays le Canada que j’aime, dans un climat harmonieux. Je veux cela maintenant pour que mes enfants et petits-enfants n’aient pas à marcher pour demander la fin du profilage racial et du racisme systémique à Repentigny, au Québec.

 

J’espère en organisant  cette marche contribuer à sensibiliser les politiciens de tous les niveaux de gouvernements à prendre des mesures concrètes  pour faire en sorte de ne plus avoir d’autres victimes comme moi ou encore pire.

 

 

Mon rêve

 

Je rêve d’une ville de Repentigny plus inclusive d’une ville ou citoyens et policiers de toute origine confondue vivront en paix en harmonie avec amour et respect mutuel, afin de rendre notre ville plus bienveillante et inclusive.

Le thème de la Journée internationale de la paix 2018 célébrée, le 21 septembre 2018, à travers le monde, 70 ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme, était : « Le droit à la paix :».

 

Rappelons que c’est en 1981 que l’Organisation des Nations Unies a déclaré le 21 septembre comme étant la Journée internationale de la paix.

 

Vivre sans violence, Vivre Ensemble dans le respect de la diversité à l’école, au travail, dans les rues, c’est tout ce que je recherche.  J’estime que nous, citoyens de Repentigny, nous avons pour devoir de multiplier des gestes d’entraide et de solidarité face à l’injustice comme vous le faites aujourd’hui afin d’abattre les préjugés et les stéréotypes, de favoriser la communication, de développer le sentiment d’appartenance à une même communauté.

 

Je salue d’ailleurs tous ceux et celles qui étaient présents.  Votre présence a contribué à promouvoir et à militer pour le droit à la paix et au développement de relations harmonieuses dans notre quotidien à Repentigny et ailleurs au Québec, au Canada.

La marche pacifique du 22 septembre fut organisée pour réclamer de la part de la ville de  Repentigny la mise en chantier de programmes, de plans et d’actions municipales visant à améliorer la qualité de vie et à encourager le développement des projets et initiatives visant à faire des quartiers de Repentigny, des milieux de vie solidaires et harmonieux, notamment en ce qui concerne les rapports de la police de Repentigny avec la jeune génération multiculturelle.

 

Jeunes de Repentigny, je vous promets de continuer à militer contre le profilage racial et le harcèlement.  Ça restera pas –là.  Ça vient tout juste de commencer.  Je suis là pour vous aider vous qui êtes dans une situation comme la mienne et aussi pour vous aider à connaître vos droits et vos devoirs de façon à vivre en paix dans Repentigny.

.
Je suis pour l’amour. J’aime tout le monde.

Merci beaucoup   Merci

Page 1 oct 2018 Non au profilage DSCN1952



This post has been seen 787 times.
Categories:
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial