Home / Actualités / Lise Payette,

Lise Payette,

page 5 sept 2018 lise-payette-rene-levesque-victoire page 5 sept 2018 Lise P page 5 sept 2018 Lise

Lise Payette, née, Marie Monique Lise Ouimet, le 29 août 1931 à Verdun (Montréal) et morte le 5 septembre 2018, dans la même ville1, est une femme politiqueécrivaineanimatrice de télévision et animatrice de radio. Elle est la fille de Fernand Ouimet et de Cécile Chartier. Lise Payette épouse le journaliste et animateur André Payette en 1951, avec qui elle aura trois enfants : Daniel, Dominique et Sylvie. Le couple divorce en 1972.

carrière à la radio

Scolarisée à Montréal, elle entreprend une carrière à la radio à Rouyn-NorandaTrois-RivièresQuébec et Montréal. Elle devient aussi relationniste pour le syndicat des Métallurgistes unis d’Amérique. Séjournant à Paris de 1958 à 1964, elle collabore à plusieurs journaux et revues, dont Châtelainele Nouveau Journal et le Petit Journal et elle anime l’émission Interdit aux hommes, avec Martine De Barsy. Elle y effectue de nombreuses entrevues avec des personnalités européennes. Elle se lie d’amitié avec d’autres féministes québécoises, comme Pauline Julien et Lise Gauvin, et étrangères, comme Mélina Mercouri.

De retour à Montréal, elle anime l’émission Place aux femmes à la radio de Radio-Canada de 1965 à 1972. De 1972 à 1975, elle coanime l’émission télévisée Appelez-moi Lise en compagnie de Jacques Fauteux.

Femme politique

En 1976, Elle est élue députée du Parti québécois dans la circonscription électorale provinciale de Laurier-Dorion en 1976. Elle fut ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières dans le Gouvernement René Lévesque du 26 novembre 1976 au 21 septembre 1979, ministre d’État à la Condition féminine du 21 septembre 1979 au 30 avril 1981 et enfin ministre d’État au Développement social du 6 novembre 1980 au 30 avril 1981 et quitte ensuite la vie politique2. . Lise Payette est la première femme à s’appeler « la » ministre au lieu de «le» ministre, lançant dès lors la féminisation des titres. On lui doit la réforme du droit de la famille et celle de l’assurance automobile (création de la SAAQ). Cette dernière réforme a d’ailleurs porté son nom dans le langage populaire3,4.

On doit aussi à Lise Payette l’apparition de la devise « Je me souviens » sur les plaques d’immatriculation, à partir de février 1978, remplaçant l’ancien slogan « La belle province ».

En 1980, Lise Payette travaille aussi pour que le nouveau Code civil du Québec permette aux parents de donner le ou les noms de famille de leur choix à leurs enfants. À partir de ce moment-là, beaucoup d’enfants ont été nommés avec deux noms de famille5.

Auteure de téléromans à succès

Lise Payette ne se représente pas à l’élection québécoise de 1981, et entreprend une carrière prolifique d’auteure pour la télévision avec une succession de téléromans à succès comme La Bonne AventureDes dames de cœurUn signe de feu et Les Machos. Elle signe le premier feuilleton quotidien, Marilyn.

Elle fonde ensuite la société de production télévisuelle Point de mire, avec qui elle concevra d’abord la série documentaire Les quatre chevaliers de l’apocalypse puis Femmes, puis d’autres séries de fiction, à titre de productrice ou d’auteure.



This post has been seen 669 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial