Home / culture / Amazing grace! How sweet the sound -Grâce merveilleuse! Quel son si doux

Amazing grace! How sweet the sound -Grâce merveilleuse! Quel son si doux

victime des guerres provoquées inutilement en Irak et en Syrie avec l'argent de nos contribuables

victime des guerres provoquées inutilement en Irak et en Syrie avec l’argent de nos contribuables

crédit photo David Goldman AP

Harry Reid supporte Barack Obama senateur illnois 2007

Harry Reid supporte Barack Obama senateur illnois 2007

Abonnez-vous à notre site www.mensuellemonde.com  à notre page Facebook http:www.Facebook/mensuellemonde.com (Please enter your PayPal Account or Merchant ID on the settings pages.)

Élus,organismes,institutions, écoles, commerces:50.00$

Abonnez-vous à notre siteà notre site www.mensuellemonde.com  à notre page Facebook http:www.Facebook/mensuellemonde.com [(Please enter your PayPal Account or Merchant ID on the settings pages.)

 Le bouton Pay pal n’est pas fonctionnel pour l’instant envoyez-nous votre chèque à LE MONDE C.P.201 succ. St Michel, Montréal Qc H2A 3L9

Notre objectif est de 500 abonnés payants par année. Vous êtes invités à nous mentionner, si vous refusez que nous affichions votre nom  sur notre site, dans la liste de nous abonnés. Merci.

Par Paul-Alexis François

Chanté,lors de l’hommage aux victimes de la tuerie de Charleston, à l’église pentecôtiste africaine Emmanuel, par Barack Obama, américain de descendance Luo, peuple d’Afrique orientale, les paroles anglaises de cet hymne africain ont été composées, au XVIIIe siècle, par John Newton, un anglais, ancien trafiquant repenti de prisonniers africains. Il est devenu une des chansons les plus populaires du répertoire afro américain.

Le chef d’Etat américain, à la fin de son homélie, entonna en a capella, l’hymne Amazing grace, lors de la cérémonie rendant hommage au pasteur Clementa Pinckney, 41 ans,pasteur en chef de l’église épiscopale africaine Emmanuel, sénateur démocrate de la Caroline du Sud, qui fut l’un des premieres victimes du suprémaciste de descendance européenne, Dylann Roof,21 ans. Il fut tué en compagnie de trois autres pasteurs, Sharonda Singleton, 45 ans, Daniel Simmons Sr., 74 ans, pasteur DePayne Middleton-Doctor, 49 ans. Les cinq paroissiens s’appelaient Cynthia Hurd, 54 ans, bibliothécaire, Ethel Lance, agente d’entretien de l’église, âgée de 70 ans,Tywanza Sanders, 26 ans, barbier,Myra Thompson, 59 ans, Susie Jackson, 87 ans, Cousine d’Ethel Lance. L’assemblée enchaîna graduellement avec lui cet air africain bien connu qui remonte à des temps immémoriaux pour les afro américains puisque c’est l’air de la prière de leurs ancêtres en lingala qui avait inspiré son compositeur en version anglaise,le trafiquant humain John Newton, lors de cette grande tempête mémorable.

Il existe plus de 1100 enregistrements d’Amazing Grace. Les paroles en anglais de ce chant sont nées au XVIIIe siècle en Angleterre sous la plume de cet ancien trafiquant humain devenu pasteur anglican nommé John Newton, le 1er janvier 1773, à l’exception de la dernière strophe ajoutée au XIXe siècle par des pasteurs afro-américains.

Amazing grace! How sweet the sound
That saved a wretch like me!
I once was lost, but now am found;
Was blind, but now I see.

Grâce merveilleuse! Quel son si doux
Qui a sauvé un malheureux tel que moi
J’étais naguère perdu, mais maintenant je me suis retrouvé
J’étais naguère aveugle, mais maintenant je vois

Ces paroles illustrent le chemin spirituel accompli par Newton (1725-1807). Dieu l’a «sauvé» de plusieurs périls dont le plus connu est celui de trafiquants humains. Ces paroles résonnent bien avec l’histoire des rescapés des captifs africains qui ont souffert les prééjudices les plus effroyables de l’histoire de l’humanité. c’est à Hollywood que les juifs ont vécu les plus effroyables sévices de l’histoire humaine. Dans les faits, ce sont les peuples du continent africain, qui, depuis 1635, ont subi, sans remords de la part de leurs bourreaux ou sans réparations de la part des chefs de gouvernement de leurs descendants, comme ce fut le cas des juifs par le gouvernement allemand, les pires atrocités de l’histoire humaine. Les rescapés des périodes les plus sombres de ces cinq cents ans de préjudices ont été sauvés de plusieurs périls dont l’enlèvement sur le sol africain, la mise en captivité par des geôliers africains à la solde des trafiquants humains européens, l’embarquement dans des bâteaux où ils étaient hommes,femmes et enfants, maintenus enchaînés pendant de longues heures chaque jour durant la longue traversée transatlantique, le viol sélectif par l’équipage durant la traversée, les nombreux naufrages de bateaux surchargés, la prostitution forcée ou et le travail forcé, selon le bon vouloir des trafiquants, le gazage des africains ou de leurs progéniture nés en captivité, quand ils osaient se rebeller, à bord des navires de guerre du dictateur français de Corse, Napoléon Bonaporte, ou dans les hauteurs du môle St Nicolas, en Haiti, que les européens appelaient soit Hispanola ou Saint-Domingue au lieu du nom original sous lequel il était désigné par les premiers habitants du territoire, les exécutions sommaires, arbitraires dont les pique-nique (pick a nig’), les lynchages publics organisés par ou avec la complicité des autorités chargées de maintenir la loi et l’ordre, dans les îles occupées par la force par les européens anglais,portugais,espagnols, français, hollandais ou le Sud des États-Unis, notamment, pour distraire les américains de descendance européenne, l’occupation de tout le continent africain par les chefs d’états européens ou de descendance européenne réunis à Berlin en 1885 sous la présidence du plus grand criminel de guerre de tous les temps après Napoléon Bonaparte, le Roi des Belges, Léopold II, le génocide du peuple Namibien par les allemands, le bombardement aveugle du peuple Bamileke par Charles de Gaulle, les atrocités des italiens, en Éthiopie, sous Mussolini, et par les anciens romains qui se rendaient sur le sol malien pour chasser des pigmées à cheval et au tir à l’arc, les politiques encore en cours dans plusieurs pays européens de discrimination envers les africain ou les afro descendants en matière d’immigration, de logement, d’emploi,de possession de capitaux.

Ceci dit, John Newton, à l’âge de dix-neuf ans, en 1744, s’implique dans la traite des prisonniers africains, réchappe de la malaria, frôle à plusieurs reprises les naufrages. Athéiste, libertin, en 1748, le bateau, à bord duquel il était le capitaine, fut pris dans une grande tempête. Il tanguait violemment. Le bateau était chargé de prisonniers africains destinés à être vendus comme des bêtes de somme à des contrebandiers européens qui avaient conquis des terres au-delà de l’Atlantique au dépens de leurs habitants établis depuis la nuit des temps, au nom de sa royale majesté britannique, grand trafiquant humain devant Dieu et devant les hommes. L’homme, effrayé par l’intensité inusitée des vagues, se tourne vers ses prisonniers africains qui étaient seuls à garder leur calme. Il les entendait murmurer à genou en lingala une mélodie qu’il interpréta comme étant une prière. Alors, il se mit à genou, lui aussi, et se mit à fredonner cet air avec eux. Alors, de retour de ce voyage, hanté par la mélodie de cet hymne africain qui remuait sa conscience de trafiquant humain jour et nuit, il abandonne la mer et le trafic d’africains, pour rentrer dans le clergé de l’Église anglicane. Il sera, dès lors, un partisan de l’abolition de la traite des africains et africaines et soutiendra la campagne du député anglais William Wilberforce en ce sens. Campagne qui aboutira en faveur des africains après que les anglais eurent découvert une autre forme de trafique humain plus subtile et plus rentable: le maind’oeuvre à bon marché dans les territoires conquises par l’armée sanguinaire et rapace de sa majesté britannique en Asie, soit en Inde et en Chine.

Les afro américains ont toujours fredonné cet hymne africain sans paroles puisqu’il leur était interdit de parler leurs langues maternelles ou les langues d’échanges commerciaux traditionnels en Afrique, le lingala ou le swahili en Afrique de L’est, durant leur longue période de captivité et même après l’interdiction officielle de la traite des africains. Souvenez-vous de la controverse suscitée par les commentaires du sénateur démocrate Harry Reid à propos de la méconnaissance de Barack Obama de la langue de ses ancêtres paternels à la veille des élections présidentielles de 2008. Cette personne au grand coeur, de descendance européenne, a tellement baigné dans un environnement favorable à la privation des afro américains de s’exprimer dans les langues de leurs ancêtres qui ne sont que des moyens de communication tout aussi nobles que leur langue européenne, qu’il a naturellement, sans arrière pensée, émis des opinions rappelant les moments les plus pénibles et les plus douloureux de l’histoire de la légalisation du trafique humain par les européens en ce qui concerne spécifiquement les africains et leurs descendants détenus contre leur gré dans des conditions beaucoup plus inhumaines que les bagnards de la Guyanne française dont parle le célèbre roman Papillon.

Mark Preston, éditeur politique de CNN rapporte le 9 janvier 2010 vers 11:32 p.m. EST que le Sénateur Harry Reid, leader majoritaire au Sénat, que l’on voit sur une photo prise en 2007 avec le Président Obama, alors sénateur de Illinois, s’est excusé auprès de plusieurs éminentes personnalités Africaines – Américaines, pour ses commentaires à propos de la méconnaissance de sa langue maternelle du descendant Luo, Barack Obama, durant la campagne présidentielle américaine de 2008, publiés dans le livre des journalistes, Mark Halperin et John Heilemann, « Game Change »

Ces journalistes ont rapporté ce que le sénateur Reid disait en privé et que beaucoup d’américains de descendance européenne disaient, eux aussi en privé, dans son salon. Obama, comme candidat présidentiel de descendance africaine, pourrait réussir à gagner l’électorat majoritairement de descendance européenne, grâce à son teint moins foncée que la majorité des descendants africains plus riche en mélamine et du fait qu’il ne parle pas de langues africaines ou d’anglais avec un accent africain.
.
Pour toutes ces raisons, Amazing grace est un hymne incontournable pour les africains américains qui, même après la déclaration officielle de la fin de la traite des africains, étaient incapables pendant longtemps de s’asseoir en avant d’un bus de fréquenter certains restaurants, certains hôpitaux et hôtels réservés aux descendants européens seulement. Amazing Grace est cité, en 1852, dans le classique La case de l’Oncle Tom de Harriet Beecher Stowe, par le héros dans ses heures de désespoir.

Il devient le chant de ralliement des abolitionnistes pour qui le titre symbolise la misère et les souffrances des captifs africains. La popularité de la chanson devient encore plus grande quand éclate la guerre de Sécession.

Dans les années 60, les militants de la lutte pour les droits civiques reprennent abondamment la chanson. En 1970, la version chantée par Judy Collins entra au Top 50. Elle sera ensuite notamment reprise par Joan Baez, Elvis Presley, U2, Boyz II Men, Mariah Carey et plusieurs autres dont le jeune afro-descendant de Monde de stars à Paris qui fait actuellement un malheur sur Facebook voir www.Facebook.com/paulalexisfrancois; Facebook/mensuellemonde.com

Je fredonne souvent cette chanson car elle m’inspire dans mes moments de découragements face à des situations de la vie quotidienne ou en écoutant ou /et en visualisant les scènes de disparatés sociales dont sont victimes les africains ou leurs descendans en Israel, en Europe, en amérique latique , en république dominicaine, aux États-Unis d’Amérique, au Canada. Oui, j’ai espoir que le Grand Esprit, le Grand architectecte de l’Univers ne peut pas laisser impuni les crimes de Napoléon Bonaparte, de Louis XIV , de Richelieu, de Grégoire Cinq, de Barthélémy de Las Casa, de Edgar Hoover, de Raphael Léonidas Trujillio, de Eisenhower, de Richard Nixon, de Lyndon Johnson.

Comme les juifs ont obtenu excuses publiques des officiels européens et allemands pour les torts que leurs gouvernements leur ont causé en Europe, de même j’espère qu’un jour la France restituetura à Haiti, les sommes faramineuses escroquées au peuple haitien sous la menace du canon, sous les gouvernements Boyer et suivants, de 1845 à 1940 environ ou sous prétexte de protection ou de dédommagement des africains à leurs bourreaux qui les ont maintenus prisonniers de force et réduits en esclavage, eux et leurs descendants dans des conditions inhumaines et sous la menace constante d’être violés ou tués d’où l’expression haitienne ‘Kolon Get manmanw’ qui se traduit en français par le colon (nom poli donné aux prédateurs sexuels et trafiquants humains) guette ta mère. J’espère que les sommes que leur versent encore aujourd’hui, quatorze pays africains sous la menace de renversement de leurs gouvernements ou sous prétexte de protection comme ils l’ont fait en côte d’Ivoire, leur seront restitué avec dommage et intérêt.
J’espère que les familles de Sandra Bland, Michael Brown, sergent James Brown et les mnombreux autres jeunes afro américain(e)s non armés tués par les autorités policièeres seront dédommagées aux États-Unis. J’espère que les familles des 7000 lynchés recensés officiellement aux États-Unis seront compensés pour ces crimes gratuits perpétrés par des officiels du gouvernement américains ou avec leur complicité tacite.

J’espère que de la même façcon que des terres ont été distribuées gratuitement à des descendants européens aux États-Unis au lendemain de la guerre de sécession, les descendants d’africains obtiendrons l’équivalent de la mule, des terres et des sommes d’argent promis à leurs grans-parents au lendemain de la criminilisation officielle de la traite des noirs. J’espère que les nombreux peuples exploités en Afrique , massacrés au Congo, en Afrique du Sud, par exemple, obtiendront réparation pour ces crimes contre l’humanité. j’espère que les familles haitiennes infectées par le contingent népalais de la force de Mission des Nations Unies pour la destabilisation d’Haiti, seront dédommagées par cette organisation de terrorisme international qui a laissé la voie libre aux envahisseurs américains et anglais pour pénétrer sans raison valable en Irak, sous le faux prétexte de détention d’armes de destruction massive inexistante, bombarder sans relâche pendant des années le peuple irakien, tuer des centaines de milliers de civils et militaires y compris de jeunes militaires américains et anglais, se saisir et pendre le chef d’état du pays et assassiner ses deux fils ainsi qu’un grand nombre de familles et de personnes innocentes. Pourtant, il me semble que c’était hier qu’ils utilisaient le népal pour détruire en masse des civils vietnamiens. en quoi sont-ils plus autorisés que d’autres, à détenir au su et au vu de tous, des stocks d’armes de destruction massive? Il me semble que c’était avant-hier, qu’ils létaient les premiers et la s seuls à utiliser des bombes nucléaires sur des populations civiles à Hiroshima et à Nagasaki.

J’espère que les responsables de cette guerre dont la véritable raison n’était que la soif de gain de Dick Cheney et des ses amis de firme de’ingénérie américaines et anglaises pour la reconstruction de l’Irak avec le butin de leur or et de leur pétrole, seront jugées pour leurs crimes. J’espère que les responsables de l’assassinat de Mouamar Gadhafi et de milliers de civils et militaires lybiens, qui , de l’aveu même de leur ancien complice, Silvio Berlusconi, ne visaient qu’à se saisir du pétrole lybien pour reconstruire la Lybie et faire fortune, seront jugés pour cet acte de piraterie internationale. J’espère que les familles des femmes Inut et amérindiennes disparues ou mort en captivité sous la garde des policiers de la Colombie Britannique ou du Québec, notamment, obtiendront Justice et réparation.

J’espère que le président haitien et le peuple haitien qui avait démocratiquement élu Jean-Bertrand Aristide obtiendront les excuses des gouvernements terroristes qui l’ont kidnappé et déposé après des heures à tourner en rond dans le ciel, en république centre africaine puis en Afrique du Sud, obtiendront des excuses officielles pour cet acte de banditisme international. J’espère que les familles des disparues en méditerrannée fuyant des guerres formentées par des gouvernements étranders en Afrique comme Boko Aram à la solde des français, l’état islamique à la solde des saoudiens, obtiendront justice et réparation. J’espère que les enfants haitiens de 4 à 10 ans vendus comme esclaves sexuels aux employés de la MINUSTAH, Mission internationale des nations unies pour la destabilisation en Haiti, et leurs familles obtiendront justice et réparation.

Alors, je chanterai:

1. Amazing grace! How great the God
That saved the race like me!
I once was the last, but now am equal
to the world war Lords;
Was rejected, but now am shining.

My God my savior
stand by my side
bring me hope and relief

amazing grace, amazing grace, amaaaazing grace
amazing,amazing,amazing
amaaaaazing graaaaaaaaaaace!
o,o,o,o,o,o,o
o,o,o,o,o,o,o,o,o,o
Amazing graaaaaaaaace
Amazing Grace

Paroles de la version anglaise originale
http://library.timelesstruths.org/music/Amazing_Grace/

1. Amazing grace! How sweet the sound
That saved a wretch like me!
I once was lost, but now am found;
Was blind, but now I see.

2.
Amazing grace! How sweet the sound
That saved a wretch like me!
I once was lost, but now am found;
Was blind, but now I see.

3.Twas grace that taught my heart to fear,
And grace my fears relieved;
How precious did that grace appear
The hour I first believed.

4.Through many dangers, toils and snares,
I have already come;
’Tis grace hath brought me safe thus far,
And grace will lead me home.

5.The Lord has promised good to me,
His Word my hope secures;
He will my Shield and Portion be,
As long as life endures.

6.Yea, when this flesh and heart shall fail,
And mortal life shall cease,
I shall possess, within the veil,
A life of joy and peace.

7.The earth shall soon dissolve like snow,
The sun forbear to shine;
But God, who called me here below,
Will be forever mine.

8.When we’ve been there ten thousand years,
Bright shining as the sun,
We’ve no less days to sing God’s praise
Than when we’d first begun.

Romans 5:15; Psaumes 66:16; John 9:25; Ésaïe 61: 1 à 7

Rappelez-vous que vous pouvez aider la communauté à aller de l’avant en vous impliquant. Faites-nous parvenir vos commentaires et critiques. Notre équipe à besoin de votre soutien financier toute contribution mensuelle de 2$ ou plus est la bienvenue. Libellez votre chèque à l’ordre de: LE MONDE C.P. 201, Succursale St Michel, Montréal,Qc H2A 3L9 Merci.



This post has been seen 8156 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial