Home / Actualités / Viva Di Iorio
Lee député de Saint-Léonard Saint Michel Nicola Di Iorio

Viva Di Iorio

Viva Di Iorio

Par Paul-Alexis François

Le député de Saint Léonard Saint Michel

Le député de Saint Léonard Saint Michel

Lee député de Saint-Léonard Saint Michel Nicola Di Iorio

Lee député de Saint-Léonard Saint Michel
Nicola Di Iorio

page 3 avri 2018 la ligne bleueImage1

L’homme est déjà populaire malgré son tout récent avènement dans l’arène politique fédérale.  Après l’avoir vu et entendu à l’événement Hommage aux femmes organisé au Centre Léonardo Da Vinci par la compagnie de production artistique Lonsili, j’ai décidé de lui demander et j’ai obtenu une entrevue avec lui au début du mois d’avril 2018.

IL commença l’entrevue après avoir pris connaissance du dernier numéro du journal Le Monde que j’avais déposé sur la table.  Il me félicita pour la qualité des images et le contenu du journal.

 

La rencontre avec l’honorable Nicola Di Iorio fut agréable.  Il parle le calme et la sérénité d’une personne sûre d’elle.  Il a l’aplomb du juriste expérimenté qu’il est.  Il commence l’entrevue de la même façon qu’il s’était présenté lors du gala Hommage aux femmes. Il se décrit comme étant né à Montréal de parents ayant immigré d’Italie dans le secteur le plus pauvre du quartier le plus pauvre du Canada d’alors, le quartier italien de Parc Extension.  Il n’y avait que des italiens à Parc Extension.  Il est de la première génération d’italiens nés au Canada de la première vague d’immigration après la deuxième guerre mondiale.  Il a de très beaux souvenirs de ce temps-là passé près de la gare Jean-Talon.  Cette gare était en activité à l’époque. On pouvait partir d’Halifax ou de Vancouver pour se retrouver à la gare Jean-Talon par le train du Canadian Pacific.

Il omet de dire cette fois ci qu’il porte une cicatrice à la tête qui va de l’avant vers l’arrière de sa tête, marque de la tension qui régnait dans sa jeunesse entre la communauté d’accueil et la communauté italienne. Il émet d’évoquer le fait que dans sa jeunesse quand deux ou trois personnes d’origine italienne se tenaient ensemble sur un trottoir pour se parler, ils se faisaient ramasser par le panier à salade. Son nom est Di Iorio. On prononce son nom en mettant l’accent sur les I.  On dit le I d’abord ensuite le O avant de dire Rio comme dans la ville brésilienne.

Je m’attendais aussi à ce qu’il évoque l’impact du tempérament et des valeurs de sa mère sur son cheminement et sa carrière comme il l’avait fait lors du gala Hommage aux femmes, mais non.

Parmi ces bons souvenirs il garde le fait que ses parents lui ont souvent raconté qu’il avait une connexion spéciale avec la communauté noire de Montréal.

‘La première fois que j’ai été touché par les mains d’une femme, c’était par les mains d’une femme noire.  L’équipe médicale qui a suivi ma mère de sa grossesse à son accouchement était composée d’un médecin noir assisté par une infirmière noire.  Ma mère s’en rappelle très bien. Elle en parle encore de cet épisode de sa vie à l’hôpital St Mary, à Côte des Neiges.  C’est beau quand elle me raconte ça’’

Il est passé au fait qu’il avait une formation en droit et qu’il lui arrive encore de se présenter en cour pour représenter des clients quand ses employés de son cabinet du centre-ville de Montréal étaient dans l’impossibilité de le faire et que le juge veut absolument procéder.  Son cabinet se trouve dans un gratte-ciel au 1250 boulevard René Lévesque à Montréal.

Il est professeur de droit. Il travaille surtout dans le développement du droit.  Il enseigne le droit du travail depuis 35 ans.  Il enseigne à l’école du barreau.  Le droit du travail est un droit excessivement important dans notre société.

Sa carrière politique a commencé en 2015.  Il ne s’attendait pas à être choisi pour faire le saut en politique fédéral.  Le père de Justin Trudeau était avocat. Son cabinet était voisin du sien. Il a connu Justin Trudeau quand il était plus jeune.

Quand des représentants du parti libéral du Canada, il a pris du temps pour accepter car il savait que ce choix entraînerait une diminution notable dans le temps consacré à sa famille, ses êtres chers.  C’est le fait que sa famille l’ait encouragé à relever les défis qui s’offraient à lui dans cette surprenante occasion qui se présentait à lui pour le comté de St Léonard St Michel qu’il a fini par accepter. C’est un comté qu’il est extrêmement fier de représenter.  Il y a plus de soixante-dix communautés culturelles dans ce comté.  C’est le comté qui représente le plus la société canadienne actuelle.

IL est le fondateur du centre Léonardo Da Vinci.  C’est le plus grand centre culturel ethnique du Canada.  On a fait le plus grand rassemblement politique du parti Libéral du Canada au centre Léonardo Da Vinci lors de la dernière campagne électorale fédérale. Il a été candidat à l’investiture. Il l’a remporté.  Il a contribué à élaborer le programme du parti libéral.

, Il est fier de contribuer à faire de ce centre culturel un lieu qui répond aux besoins de personnes et de groupes de différentes cultures comme lors de la soirée Hommage aux femmes où des personnalités québécoises de souche comme l’ex maire de Villeray St Léonard St Michel, madame Anie Samson s’est vu décerner un trophée à côté de madame Nadine Pierre d’origine Haïtienne, de dames originaires de plusieurs pays d’Afrique , des Caraïbes et d’Amérique latine.

L’honorable Nicola Di Iorio est un ardent défenseur des jeunes. Il trouvait dommage que des jeunes vies étaient fauchées chaque année par des chauffeurs qui conduisaient avec les facultés affaiblies. Il s’est donc mis à la tâche pour apporter des solutions à ce phénomène,   Son intervention à la chambre des communes du Canada et sur le terrain dans son comté a permis de diminuer de moitié le nombre de jeunes victimes des accidents de la route par des personnes conduisant avec les facultés affaiblies.  C’est un acte criminel qui affecte beaucoup les citoyens.  Quand un canadien meurt d’un acte criminel, il y a de fortes chances que ce soit entre les mains d’un chauffeur conduisant avec les facultés affaiblies.  C’est l’acte criminel qui tue le plus de canadiens chaque année.  Il a mis sur pied la semaine nationale de prévention contre la conduite avec les facultés affaiblies.  Il travaille aussi au niveau de la sécurité routière. Son objectif est de zéro décès de jeunes qui meurent des mains d’un chauffeur ivre ou sous influence.  Quand il a commencé à s’intéresser au phénomène, il y a huit ans, 500 jeunes de 16 à 25 ans mouraient chaque année sur nos routes .un jeune mourait chaque jour sur les routes. Il a fini par diminuer ce nombre de moitié par la prévention.  La prévention se fait par l’éducation des jeunes.  Il a créé des coupons cool taxi, des bons de taxi pour garantir un retour sécuritaire à la maison.

Il n’y a pas de plus grand chagrin que de voir partir un jeune è la fleur de l’âge des mains d’un ivrogne.  C’est un enjeu crucial de la société.  Il n’y a pas de réalisation plus grande que de sauver la vie de jeunes sur la route.  Mon objectif est de zéro décès de ce type.

Il a aussi travaillé à l’adoption d’un projet de loi sur la protection des sources journalistiques.  Il faut valoriser le travail des médias La publicité est contrôlée maintenant par quelques géants des médias sociaux. C’est une époque très difficile pour les autres médias.  Les médias imprimés ou électroniques sont durement touchés. Les journalistes sont limités dans leur travail.  C’est important de protéger les journalistes pour protéger la démocratie.  La démocratie est très fragile.  Si on prend la république de Venise qui a duré mille ans, elle était constamment menacée.  Avec les médias sociaux, on peut influencer la conduite des électeurs au point q’un pays étranger via les médias peut contrôler les résultats d’une élection.

L’économie du Québec va bien. Le taux de chômage à Montréal est bas mais il compte contribuer à la croissance économique de son comté et des comtés environnants en prenant des mesures pour améliorer la mobilité des travailleurs.

Le gouvernement de Justin Trudeau a créé un programme d’allocation pour enfants. Une famille peut recevoir des dizaines de milliers de dollars d’allocations pour enfants.  Avant c’était imposable. Les gens savent maintenant que ce montant-là, ils peuvent compter dessus. Ils sont indexés au coût de la vie.  Si l’enfant a besoin d’un livre, de loisir. De vêtement pour l’hiver. À partir de 18 ans, d’autres programmes peuvent prendre la relève pour encourager les jeunes à faire des études avancées.  Sortir 360 mille enfants de la pauvreté, c’est extraordinaire.  Ces gens-là vont devenir adultes. Parce qu’ils ont été aidés, ils pourront aller à l’université.  On veut développer l’indépendance par l’éducation et l’amélioration de la qualité de vie des plus jeunes qui pourront se rendre plus tard à l’université ou à l’apprentissage de professions ou technique en demande sur le marché de l’emploi il a contribué à indexer au coût de la vie. Il a fait en sorte que les citoyens des comtés de Bourassa et de St Léonard St Michel soient parmi les plus grands bénéficiaires de ce nouveau programme.

Juste à côté de la sécurité routière, il va annoncer .officiellement prochainement, au Centre Léonardo Da Vinci, le prolongement de la ligne bleue jusqu’à Anjou. C’est une réalisation immense.  On va désengorger nos routes.



This post has been seen 681 times.
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial